Beaujolais en Thaïlande

Le Beaujolais en Thaïlande

Le pad thaï est mon plus beau souvenir gourmand en Thaïlande. Et, je ne peux m’empêcher d’imaginer pouvoir, un jour, égaler, cette magie culinaire, qui s’obtient après mélange de nombreux ingrédients. Alors, je m’entraîne, souvent.

Pour ce qui est de l’accord, l’exercice me paraît plus facile. Car, comme pour bon nombre de recettes thaïlandaises, les nectars à la trame fruitée seront les mieux prescrites. Trop de tannins, et la bouche est trop épicée. Pour garantir ce fruit en bouche, je préfère me tourner vers la production du Beaujolais où le Gamay est roi. Mais, cela ne m’empêche pas de choisir un vin légèrement évolué. La maison Cocquard, Fleurie 2012.

La jolie robe cerise/grenat cache un nez de fruits rouges, un bouquet de framboises, de cerises et de fraises qui explose à l’aération du vin. La bouche est légère en alcool, souple, équilibrée sur une note finale au léger ton poivré. Belle persistance aromatique. La bouche fruitée enveloppe la saveur acide du  citron vert, très présent dans le pad thaï. Et la présence des crevettes, produits de la mer qu’on a coutume d’associer à des nectars blancs secs du type Chablis, n’est selon moi pas un obstacle. Car la petite bêbête est fondante dans cette sauce sucré/salé. Mais, oui; vous pourriez aussi choisi un vin blanc sec de la Loire.

Le conseil : pour associer un plat sucré/salé de la cuisine thaïlandaise (de la cuisine asiatique ?), préférez jouer la sécurité avec un vin rouge fruité. Le Beaujolais me paraît être une valeur sûre.

Découvrez la recette du pad thaï

Autres articles

Tarte financier citron vert, mousse ananas au fromage blanc, noix de coco

Irene

Oka, ou l’émouvante cuisine de Raphaël Régo

Irene

Paris-Lille, mon hommage sucré

Irene

Un Bordeaux blanc pour la Mamma Sicilia

Irene

Que mange t-on au Nouvel an chinois ?

Irene

Les secrets pour réussir une pâte feuilletée !

Irene